Du 78 tours au disque compact

Plus de 100 années de musique

posté le 23-06-2017 à 05:15:16

Duos soul

Jerry Butler & Brenda Lee Eager : Ain't Understanding Mellow (1972)
 


 
 
posté le 22-06-2017 à 06:25:59

Un vétéran pas du tout vieillot

J'imagine que lors de sa sortie, en 1975, ce disque devait paraître vieillot aux yeux d'une génération de jazz-rock et de pseudo jazz prétentieux. Le CV de Vic Dickenson appelait le respect, puisque l'homme avait prêté son trombone à la musique de Billie Holiday, Coleman Hawkins, Gerry Mulligan et surtout Count Basie. Le disque présentait des pièces archi connues et un peu usées. Cependant, des décennies plus tard, ce microsillon ne sonne pas du tout vieillot. Réjouissant, même. C'est ce qu'on veut entendre du jazz. L'homme est décédé en 1984.

Vic Dickenson, Christopher Columbus, 1975, Gentleman Of The Trombone

 


 
 
posté le 20-06-2017 à 07:34:13

L'histoire du lièvre qui a perdu ses lunettes

En 1972, Jethro Tull triomphe avec le disque Thick As ABrick, qui racontait, sur deux faces, une seule histoire. L'idée de faire suivre ce disque concept par un autre du même style allait de soi. Ce fut A Passion Play, une oeuvre nettement inférieure et qui fut tant décriée par la presse de l'époque que le groupe avait songé à cesser ses activités. Il y avait pourtant sur ce disque une séquence très amusante, originale et bien exécutée : comme un petit conte pour enfants, à propos d'un lièvre ayant perdu ses lunettes. Sur le 33 tours d'origine, c'était la fin de la face A et pour écouter la suite, il fallait se rendre sur la B. Avec la réédition en disque compact, les deux parties ne forment plus qu'une. Tull est ici accompagné par un petit ensemble classique et la narration de Ian Anderson est délicieuse. Pour les gens ne comprenant pas l'anglais, voici un résumé de la fable.

Un jour, un hibou se reposait, debout sur une clôture, quand arrive un kangourou qui lui déclare "Le lièvre a perdu ses lunettes". Un peu plus loin, le pauvre lièvre est couché dans l'herbe, excité parce qu'il ne peut rien voir sans ses lunettes. Une abeille, voulant l'aider, lui dit : "Tu les as sans doute mangées, pensant qu'elles étaient une carotte." Impossible, d'interrompre le hibou, sachant que le lièvre est intelligent et a une bonne vue, quand il porte ses verres. Le kangourou - qui était le gourou des animaux - suggère au lièvre de visiter l'optométriste, mais il se rend compte que le pauvre lièvre ne voit absolument rien sans ses lunettes. Peut-être que le kangourou pourrait transporter le lièvre dans sa poche, mais le pauvre est trop gros pour entrer dans ce lieu. Pendant ces discussions, le lièvre demeure indifférent à toutes ces suggestions, car lui seul sait qu'il possède une seconde paire de lunettes.

 


 
 
posté le 14-06-2017 à 07:28:14

Sur la route

Beau Dommage : Rouler la nuit (1977)
Sylvain Lelièvre : Les autoroutes (1979)
Gaston Mandeville : Douze heures de route (1996)
Daniel Bélanger : Fous n'importe où (2001)
Jean-Pierre Ferland : Sur la route onze (1972)
 


 
 
posté le 12-06-2017 à 22:22:56

Rock au Canada (Années 80)

Rough Trade : High School Confidential (1980)
Martha & The Muffins : Echo Beach (1980)
Colin James : Down In The Bottom (1988)
Loverboy : Turn Me Loose (1981)